Reconnu au sein d'Amnistie internationale pour ses actions d'éclats dans les dernières années, le groupe de l'organisme international basé à l'École secondaire les Etchemins (ESLÉ) a encore frappé. En effet, les membres du groupe ont organisé le plus gros die-in au Canada, avec 325 participants, pour demander l'abolition de la peine de mort, encore utilisée dans plusieurs pays du monde.

Publié le 08 novembre 2012
Par Érick Deschênes
e.deschenes@journaldelevis.com

«Depuis le début de l'aventure d'Amnistie Internationale ici, nous réalisons toutes sortes de folies pour rendre concret et frappant les causes que nous voulons défendre avec les élèves. Lors du Jour des morts (1er novembre), il semblait tout indiquer pour nous de faire un événement pour demander l'abolition de la peine de mort et des procès équitables dans tous les pays du monde», a expliqué sur le projet Marc Lepage, responsable du groupe Amnistie International et animateur de vie spirituelle et d'engagement communautaire à l'ESLÉ.Rappelons qu'un die-in consiste pour les participants à simuler la mort pour protester contre une situation. Si les 325 élèves participants ont utiliser ce moyen pour demander l'abolition de la peine de mort dans les pays du monde, ceux-ci ont particulièrement protester pour sauver Hamid Ghassemi-Shall, un Canadien injustement accusé de mort par le régime islamiste iranien.

En plus du moyen de pression original, les élèves du groupe ont profité de l'occasion pour faire signer une pétition aux élèves de l'ESLÉ réclamant au ministre de la Justice iranien la libération ou la tenue d'un procès respectant les normes internationales.Montrer son appui

Toutefois, la démarche originale du groupe de l'école secondaire du quartier Charny ne s'arrêtera visiblement pas là. En effet, le moyen de pression a de nouveau été filmé et un court-métrage sera bientôt disponible en ligne sur Youtube.Même que les élèves du groupe de l'ESLÉ aimeraient bien que la personne responsable de cette mobilisation, Hamid Ghassemi-Shall, voit la vidéo.

«Je vais rencontrer la femme de M. Ghassemi-Shall et nous espérons bien trouver un moyen pour qu'il puisse voir la vidéo en prison. Il pourra ainsi voir tout le support qu'il reçoit ici», a partagé Marc Lepage.Un bel honneur pour l'ESLÉ

Dans un autre ordre d'idées, Amnistie internationale récompensera les efforts remarqués du groupe de l'ESLÉ lors de sa campagne Les masques pour Ayat en 2011. Effectivement, lors du congrès annuel de la section québécoise de l'organisme international, l'ESLÉ recevra une mention spéciale pour cette campagne.Soulignons que lors de celle ci, les 1 500 élèves de l'établissement lévisien avait porté le 29 mars 2012 un masque du visage d'Ayat al Qarmezi, une jeune femme du Bahreïn qui avait reçu une sentence de prison pour avoir lu un poème durant une manifestation.

Ces moments ont alors été immortalisés grâce une vidéo sur Youtube qui a été visionné par près de 60 000 internautes. 
 


Comments




Leave a Reply