Picture
Justine Ijeomah milite contre la torture et pour la défense des droits humains au Nigéria. Il suit depuis des années le cas de Moses, torturé à 16 ans puis condamné à mort pour un vol de téléphone. Dans cet entretien, Justine Ijomah revient sur la situation de Moses aujourd’hui.

J'attendais ces mots depuis si longtemps. « Le processus de libération de Moses est en cours », a déclaré Emmanuel Uduaghan, le gouverneur de l'État du Delta, l'an dernier. C'était extraordinaire d'entendre cela - j'avais passé 15 mois à travailler sur le cas de cet homme de 23 ans, torturé alors qu'il était mineur puis condamné à mort. L'an dernier, les militants d'Amnistie internationale à travers le monde se sont joints à moi et, ensemble, nous avons envoyé plus de 500 000 messages au gouverneur pour demander justice. Et il nous avait entendus.

UN BEAU DISCOURS MAIS PAS D'ACTION : MOSES EST TOUJOURS EN PRISON
Cependant, aujourd'hui, Moses reste enfermé dans sa cellule. Son avocat avait formé un recours et le gouverneur Uduaghan affirme que « le seul moyen d'avancer est d'abandonner ce recours ». Cet argument n'est pas valable : en 2010, le gouverneur a utilisé son pouvoir pour libérer un autre homme qui avait fait appel de sa condamnation. 

Lorsque j'ai parlé à Moses récemment, il m'a dit ce qu'il pensait du fait de renoncer à son appel. « Quand le gouverneur a tenu ce discours, je n'ai pas aimé l'idée. Aucun homme condamné à mort ne retire son appel. Si le gouverneur veut vraiment me libérer, il peut le faire avec ou sans l'appel. »

Je sais que le gouverneur Uduaghan a dédaigné les occasions de rencontrer l'avocat de Moses depuis son discours, et je prie pour que Dieu touche son cœur. « Je lui demande de faire preuve de clémence envers moi et d'écouter les personnes qui, dans le monde entier, protestent pour moi », m'a dit Moses.


LA MOBILISATION DE MILLIERS DE SYMPATHISANTS : SOURCE D'ESPOIR POUR MOSES
Moses est bien conscient de ce que les militants d'Amnesty International font pour lui. Lorsque je lui ai parlé, il m'a décrit ce qu'il ressentait. « C'est une grande joie pour moi de savoir que j'ai le soutien de tant de personnes dans différents pays du monde. Alors qu'auparavant j'avais l'impression que tout espoir avait disparu, l'histoire a changé quand Amnistie internationale est intervenue. Ce que j'ai vu m'a bouleversé : les cartes et messages que j'ai reçus sont si intéressants. J'ai repris espoir et cet espoir me permet maintenant de continuer à avancer. Quand je sortirai de prison, la première chose que je prévois de faire est de retourner à l'école et d'étudier.

La vie en prison n'est pas facile. Je passe le plus clair de mon temps à lire des romans et à fréquenter l'école de la prison. Néanmoins, la prison est un endroit très mauvais, un endroit où on ne peut jamais trouver de réconfort. »

AGISSEZ
Il y a cinq mois, le gouverneur Uduaghan a promis d'aider Moses. Cependant, ce jeune homme a encore besoin de notre aide aujourd'hui. Avec nous, demandez au gouverneur Uduaghan de rencontrer son avocat. 
http://amnistiepdm.org/moses-akatugba.html

 


Comments




Leave a Reply