Picture
« L’annonce que le Canada va, pour la première fois, co-parrainer la prochaine résolution de l’Assemblée générale de l’ONU appelant à un moratoire mondial sur les exécutions est une indication bienvenue que le Canada est réellement engagé dans la campagne mondiale contre la peine de mort. » a déclaré aujourd’hui Béatrice Vaugrante, directrice générale d’Amnistie internationale Canada francophone. «  Le refus du Canada lors des cinq précédentes occasions où cette résolution a été présentée à l’ONU,  au cours des neuf dernières années, a été profondément troublant. À travers le monde, la tendance est à la hausse en vue de mettre un terme aux exécutions et d’abolir la peine de mort. Le Canada est maintenant bien placé pour assurer un leadership clé relatif à cette importante question de droits humains. »

COMPLÉMENT D’INFORMATION :

Le projet de résolution 2016 relatif à l’instauration d’un moratoire sur le recours à la peine de mort doit être déposé au début novembre.

Depuis 2007, cinq résolutions soumises et adoptées par l’Assemblée générale de l’ONU ont appelé à l’instauration d’un moratoire mondial sur la peine de mort. À chaque fois le Canada a voté en faveur des résolutions mais s’est abstenu de co-parrainer celles-ci.

Lors de la plus récente, en 2014, la résolution a été adoptée avec 117 États votant en faveur, tandis que 38 ont voté contre et 34 se sont abstenus. 95 États membres de l’ONU ont co-parrainé la résolution en 2014.

Jusqu’à maintenant, le Canada a été le seul pays abolitionniste à refuser systématiquement de co-parrainer les résolutions pour un moratoire. Le co-parrainage est une preuve de leadership et un moyen par lequel les gouvernements démontrent leur soutien sans équivoque à une résolution avant qu’elle ne soit votée. Co-parrainer sert à mousser le soutien pour la résolution et encourage les autres pays à voter en faveur.

Cela fait plus de 50 ans depuis la dernière exécution au pays et historiquement le Canada a été un acteur de premier plan pour l’abolition mondiale. La dernière exécution au Canada a eu lieu en 1962. La peine de mort a été abolie pour les homicides en 1976 et ensuite retirée de toutes les lois, incluant les lois militaires, en 1998.

La nouvelle que le Canada co-parrainera la résolution de l’ONU fait suite à une annonce plus tôt cette année que le gouvernement canadien reprendrait sa politique de demander systématiquement la clémence pour tous les Canadiens condamnés à mort à l’étranger.