Marcel Williams a été exécuté le 24 avril pour un meurtre commis en 1994. Il est l'un des deux hommes mis à mort dans l'Arkansas le 24 avril. C'est la première fois depuis 2000 qu'un État américain procède à deux exécutions le même jour.

Le 5 décembre 1994, la police a retrouvé le corps de Stacy Errickson, une femme de 22 ans, sommairement enterré près de Little Rock, dans l’Arkansas. Marcel Williams, alors âgé de 24 ans, a été accusé d’avoir enlevé, violé et tué la victime, qui avait disparu depuis le 20 novembre 1994. Il a été jugé en janvier 1997. Ses avocats n'ont pas présenté de circonstances atténuantes.

En 2007, après la confirmation de la condamnation à mort par les juridictions d’État, un juge fédéral a statué qu'«au vu d’éléments clairs et convaincants», le travail des avocats lors du procès n’avait pas été suffisant au regard des exigences de la Constitution car ils n’avaient pas invoqué ces circonstances atténuantes, en lien avec l’histoire personnelle de Marcel Williams, marquée par la pauvreté, la négligence et la violence. Il a ordonné à l’État de l’Arkansas d’accorder à Marcel Williams une nouvelle audience de détermination de la peine ou de commuer sa peine en réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. La cour d’appel a annulé cette décision, affirmant que le juge n'aurait pas dû conduire une audience consacrée à l’examen des éléments du dossier. Cette juridiction a donc ignoré les éléments présentés lors de cette audience et confirmé la condamnation à mort. En 2010, la Cour suprême des États-Unis a refusé d’examiner l’affaire, malgré l’avis divergent de deux de ses membres, qui ont estimé que la décision de la cour d'appel s’était faite «aux dépens inacceptables des intérêts de la justice».

Après le rejet de tous les appels et la levée d’un bref sursis accordé par le juge d'une cour fédérale le 24 avril 2017, l'exécution a eu lieu, la Cour suprême des États-Unis ayant refusé d'intervenir. Marcel Williams a été déclaré mort à 22h33 (heure locale), environ 16 minutes après le début de l’injection létale.

Après l'exécution, le gouverneur Asa Hutchinson a déclaré : «Après plus de 20 ans, justice a été rendue à la famille de Stacey Errickson. J'ai examiné cette affaire très sérieusement et décidé que la grâce ne devait pas être accordée. Je suis sensible à la patience et au long chemin de souffrance qu'a enduré la famille Errickson. Notre État traverse une période grave et importante, et il est essentiel pour la famille Errickson et tous les citoyens de l'Arkansas de savoir que dans cette affaire nos lois ont permis de rendre justice.»

L'État de l'Arkansas a procédé à deux exécutions dans la soirée du 24 avril. La dernière fois que deux exécutions ont eu lieu le même jour dans un même État, c'était le 9 août 2000, au Texas. Depuis le début de l’année, neuf personnes ont été exécutées aux États-Unis, dont trois en Arkansas. Cela porte le nombre de prisonniers exécutés dans le pays à 1 451 depuis 1976, lorsque la Cour suprême fédérale a approuvé la nouvelle législation relative à la peine capitale. Amnistie internationale est opposée à la peine de mort en toutes circonstances. À l’heure actuelle, 141 pays sont abolitionnistes en droit ou dans la pratique.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres. Un grand merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.
 
 
L’Arkansas a exécuté le 21 avril Ledell Lee, premier des quatre prisonniers devant être exécutés avant que les produits destinés à l’injection létale n’arrivent à expiration à la fin du mois. Il s’agit de la première exécution dans cet État depuis 2005. Dans le cadre de ses derniers recours, Ledell Lee avait demandé des tests ADN susceptibles de prouver son innocence, mais ces appels ont été ignorés.

Un rapport publié début avril par Amnistie internationale a montré que pour la première fois depuis 2006, et la deuxième fois seulement depuis 1991, les États-Unis ne font pas partie des cinq pays ayant exécuté le plus grand nombre de condamnés dans le monde. Le nombre d’exécutions en 2016 (20) a atteint le plus bas niveau enregistré depuis 1991. Ce chiffre baisse chaque année depuis 2009, à l’exception de 2012 où il est resté identique.

« C’est une journée de honte pour l’Arkansas, qui accélère froidement la procédure judiciaire en traitant les êtres humains comme s’ils avaient une date de péremption, a déclaré James Clark, chargé de campagne à Amnistie internationale États-Unis.

« Tandis que d’autres États parviennent de plus en plus à la conclusion que le système de la peine capitale a atteint le seuil de l’irréparable, l’Arkansas se précipite dans la direction opposée et tourne le dos au progrès. Ces exécutions à la chaîne doivent cesser et il faut mettre un terme définitif à ce châtiment cruel et inhumain. »

La Cour suprême de l’État de l’Arkansas a donné son feu vert à la poursuite d’une série d’exécutions qui avaient été suspendues temporairement cette semaine. L’Arkansas avait initialement prévu d’exécuter huit condamnés en 10 jours, parce que la substance létale devant être injectée arrivait à expiration à la fin du mois. Quatre de ces exécutions avaient été suspendues avant la décision judiciaire rendue ce 21 avril. Les mandats d’exécution visant Bruce Ward et Don Davis ont désormais expiré, et des sursis ont été accordés à Stacey Johnson et Jason McGehee.
 
 
Le 20 avril, le gouverneur de la Virginie a commué la condamnation à mort d'Ivan Telegouz, un ressortissant ukrainien qui devait être exécuté le 25 avril et qui continue à clamer son innocence.

Stephanie Sipe a été retrouvée morte dans son appartement à Harrisonburg, en Virginie, le 23 juillet 2001. Ivan Telegouz a été condamné à mort en 2006 après avoir été déclaré coupable d’avoir engagé Michael Hetrick pour la tuer. Michael Hetrick a évité la peine de mort en contrepartie de son témoignage à charge contre Ivan Telegouz. Un autre homme, Edwin Gilkes, a déclaré sous serment qu’Ivan Telegouz était impliqué dans un autre meurtre commandité, perpétré à Ephrata, en Pennsylvanie. Le procureur a exhorté le jury à condamner Ivan Telegouz à la peine capitale, estimant que ce témoignage montrait qu’Ivan Telegouz avait pour habitude de recourir au meurtre commandité pour «régler les problèmes». En 2010, Edwin Gilkes a avoué qu’il avait «inventé» la majeure partie de son témoignage afin d’échapper à la peine de mort.

Le 20 avril 2017, le gouverneur Terry McAuliffe a expliqué qu'il avait décidé de rejeter la requête en grâce formée par Ivan Telegouz parce qu’il était «convaincu que des preuves fiables [étayaient] toujours sa déclaration de culpabilité». Cependant, le gouverneur a ajouté qu’il avait décidé de commuer sa condamnation à mort en une peine de réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle parce que l’étape du procès consacrée à la détermination de la peine avait été «entachée d’irrégularités». On savait désormais, a-t-il déclaré, que «le jury [avait] pris sa décision en s’appuyant sur de fausses informations, sous l’effet de passions et de craintes suscitées non pas par des preuves concrètes présentées lors du procès, mais par des déductions. Autoriser le maintien d’une condamnation fondée sur des informations erronées et sur des spéculations irait à l’encontre des principes mêmes de justice chers à notre système.»

Le gouverneur McAuliffe a évoqué spécifiquement la question de l’homicide d'Ephrata : «Lorsqu’il a requis la peine de mort, le procureur a fait allusion explicitement à cet élément de preuve, faisant valoir que M. Telegouz représentait un danger tel qu'il fallait l’exécuter. Nous savons maintenant non seulement que M. Telegouz n’était pas impliqué dans cet assassinat, mais encore que l’assassinat en question n’a jamais eu lieu. L’information était purement et simplement fausse». Le gouverneur a également relevé que «tout au long du procès, il [avait] été fait allusion à des ouï-dire selon lesquels M. Telegouz était un membre de la mafia russe», mais qu’«aucune preuve» n'avait été présentée à l'appui de cette affirmation. Dans le même temps, a-t-il dit, il existait des éléments qui prouvaient que ces informations effrayantes avaient influencé la décision du jury lorsque celui-ci avait opté pour la peine capitale.

Le gouverneur McAuliffe a également noté l’existence d’une «disproportion manifeste entre les peines» dans cette affaire – la peine de mort dans le cas d’Ivan Telegouz, et la peine d'emprisonnement à perpétuité dans celui de Michael Hetrick, l’auteur du meurtre.

L'avocate d'Ivan Telegouz a demandé que ses remerciements soient transmis aux personnes qui avaient envoyé des appels en faveur de son client. Elle a déclaré que l'Action urgente «avait permis à un grand nombre de personnes d'entendre parler de l'affaire et de réagir». Elle a dit à Amnistie internationale, après la décision du gouverneur : « Ivan est très reconnaissant pour le soutien extraordinaire qu'il a reçu, et envers les milliers de personnes qui sont venues à son aide en diffusant son histoire et en permettant à d’autres de connaître sa situation. Il est incroyablement touché que des gens du monde entier, sans même le connaître, aient protesté en son nom. Et cela a fonctionné ! L'exécution a été empêchée ; Ivan restera en vie et pourra continuer à se battre pour prouver son innocence. »

Aucune action complémentaire n’est requise. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.
 
 
La cour suprême de l’Arkansas a accordé un sursis à Stacey Johnson, qui devait être exécuté dans cet État le 20 avril pour un meurtre commis en 1993. Elle a ordonné à une juridiction inférieure d’examiner un recours formé par la défense en vue d’obtenir des tests ADN.

Le 2 avril 1993, le corps de Carol Heath a été retrouvé dans son appartement à DeQueen, dans l’Arkansas. Elle avait la gorge tranchée et d’autres blessures. Sa fille de six ans a déclaré qu’un homme noir avec un «nom de fille» était venu à leur domicile, que lui et sa mère s’étaient battus et qu’il avait un couteau. La fillette a désigné Stacey Johnson parmi une série de photos représentant sept hommes noirs qui lui a été montrée par des policiers. Il a été arrêté le 14 avril 1993 au Nouveau-Mexique et conduit dans le comté de Sevier, dans l’Arkansas, pour être jugé. Il a été déclaré coupable du meurtre et condamné à mort en 1994. En appel, en 1996, la cour suprême de l’Arkansas a ordonné un nouveau procès. Celui-ci s’est déroulé dans le comté de Pike en 1997 et Stacey Johnson a de nouveau été déclaré coupable et condamné à mort. En 2000, la cour suprême de l’Arkansas a confirmé le verdict de culpabilité et la condamnation à mort. Trois des juges qui la composaient ont rendu un avis divergent, estimant qu’il n’avait pas bénéficié d’un procès équitable en raison de problèmes concernant un témoin essentiel de l’accusation : la fille de la victime.

Le 17 avril 2017, le tribunal de première instance du comté de Sevier a rejeté le recours formé le 13 avril par les avocats de Stacey Johnson en vue d’obtenir des tests ADN sur des pièces à conviction. Le juge a statué, entre autres choses, que Stacey Johnson n’avait «pas démontré que les résultats des tests demandés appuieraient nettement la thèse de son innocence» et a refusé une audience consacrée à l’examen de ces éléments. Le 18 avril, les avocats de Stacey Johnson ont formé un recours devant la cour suprême de l’Arkansas pour demander un sursis et un renvoi du dossier devant le tribunal de première instance en vue d’obtenir une audience consacrée à sa demande de nouveaux tests ADN. Ils ont joint à leur requête une déclaration sous serment signée le 12 avril 2017 par un expert des analyses d’ADN expliquant de manière détaillée que la technologie ADN moderne est «nettement plus sensible et sophistiquée» que les tests disponibles il y a 15 ou 20 ans, et que «l’analyse des éléments de preuve dans cette affaire peut fournir des résultats scientifiquement valides» qui pourraient permettre d’identifier la personne qui a tué Carol Heath.

Le 19 avril, par quatre voix à trois, la cour suprême de l’Arkansas a prononcé un sursis suspendant l’exécution et renvoyé le dossier devant le tribunal du comté de Sevier pour un examen de la demande de tests ADN. Les trois juges minoritaires ont accusé la majorité d’avoir «rendu hâtivement une décision dans une affaire où l’accusé encourt la peine capitale sans fournir la moindre explication» et d’avoir apporté de l’«incertitude» plus qu’une conclusion. Le gouverneur Asa Hutchinson a publié une réaction dans laquelle il déclare :

«Je suis à la fois surpris et déçu par le sursis de dernière minute prononcé par la cour suprême de l’Arkansas. Lorsque j’ai fixé les dates, je savais qu’il pourrait y avoir des retards dans un ou plusieurs cas, mais je m’attendais à ce que les tribunaux autorisent l’exécution des peines décidées par les jurys étant donné que chaque affaire avait été réexaminée à de multiples reprises par la cour suprême de l’Arkansas, qui avait confirmé le verdict de culpabilité dans chacune d’elles. Les juges minoritaires ont rendu un avis clair expliquant leur divergence d’opinion, mais je sais que les familles des victimes attendent avec impatience une explication précise de la majorité quant à ce qui l’a amenée à cette conclusion et pourquoi le réexamen par les tribunaux ne semble jamais finir. Je continuerai de collaborer avec le procureur général pour évaluer nos prochaines mesures à prendre.»

Amnistie internationale s’oppose catégoriquement à la peine de mort, en toutes circonstances. Mettre un terme à la peine capitale, c’est abandonner une politique qui détourne des vrais problèmes et sème la destruction et la division. Il n’a jamais été prouvé que ce châtiment ait un effet plus dissuasif que les autres peines. Il comporte un risque d’erreur irréparable. Il tend à être appliqué de manière discriminatoire aux États-Unis, en fonction des origines ethniques et sociales. Il exclut toute possibilité de réinsertion, prolonge la souffrance de la famille de la victime et l’étend aux proches du condamné.

Aucune action complémentaire n’est requise pour le moment. Un grand merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.
 
 
Bruce Ward, qui devait être exécuté le 17 avril dans l’Arkansas, a obtenu un sursis. Ses avocats affirment que le handicap mental dont il souffre l’empêche de comprendre son châtiment de manière rationnelle, ce qui rend son exécution anticonstitutionnelle.

Bruce Ward
est l’un des deux hommes dont l’exécution était prévue dans l’Arkansas le 17 avril et l’une des huit personnes qui devaient être exécutées au cours d’une période de 11 jours allant du 17 au 27 avril. À la suite de procédures engagées pour contester le recours à l’injection létale en Arkansas, un juge fédéral a émis le 15 avril une injonction provisoire, en vertu de laquelle l'État ne pouvait procéder à aucune des huit exécutions tant que ces procédures suivaient leur cours. Cependant, le 17 avril, la Cour fédérale d’appel du huitième circuit a infirmé cette injonction par un vote de sept voix contre une, et a donné une suite favorable à la requête que le ministère public avait introduite pour obtenir l’annulation des sursis prononcés.

Le 29 mars, les avocats de Bruce Ward avaient déposé une requête auprès du tribunal de première instance, faisant valoir que l’exécution de leur client serait anticonstitutionnelle, celui-ci souffrant de schizophrénie paranoïde, une grave maladie mentale dont il avait été médicalement établi à maintes reprises qu’il était atteint. En vertu de l’arrêt Ford c. Wainwright, rendu en 1986 par la Cour suprême fédérale, il est interdit d’exécuter des personnes mentalement inaptes – c’est-à-dire qui ne sont pas en mesure de comprendre le motif ou la réalité de leur peine. En 2007, dans l’arrêt Panetti c. Quarterman, la Cour suprême a statué qu’au titre de l’arrêt Ford, « le fait qu’un prisonnier ait conscience de la raison retenue par l’État pour l’exécuter n’est pas la même chose que le fait de comprendre cette raison de manière rationnelle. […] Il est possible que les délires causés par de graves troubles mentaux permettent d’établir un lien entre le crime et son châtiment, mais dans un contexte si éloigné de la réalité que le châtiment ne peut servir aucun objectif digne de ce nom ». Les avocats de Bruce Ward ont joint à leur requête des centaines de pages de preuves destinées à l’étayer, notamment des évaluations psychologiques, des déclarations sous serment des précédents avocats de Bruce Ward, ainsi que des dossiers médicaux de la prison.

Le 31 mars, le ministère public a introduit une requête pour demander que son expert soit autorisé à assister à une évaluation qui devait être réalisée le 1er avril par le médecin choisi par la défense. Le juge a rendu une ordonnance autorisant le ministère public à faire un enregistrement vidéo de la séance. Les avocats de Bruce Ward s’y sont opposés, au motif que leur expert estimait ne pas pouvoir procéder à l'évaluation de façon conforme à l’éthique dans ces circonstances, compte tenu de son obligation d'en informer Bruce Ward et du « profond état de délire et de paranoïa » de celui-ci. Après d’autres recours, le tribunal, le 13 avril, a rendu une ordonnance d’une page par laquelle il se dessaisissait de l’affaire. Les avocats de Bruce Ward ont immédiatement introduit une requête en urgence auprès de la Cour suprême de l’Arkansas pour solliciter un sursis. Le 14 avril, la Cour a accordé le sursis, par quatre voix contre trois.

Le 15 avril, le ministère public a déposé une requête en urgence auprès de la Cour suprême de l’Arkansas pour lui demander de reconsidérer sa décision. Le 17 avril, la Cour a confirmé le sursis. De plus, comme elle l’avait fait dans l’affaire de Don Davis, l’autre prisonnier dont l’exécution était prévue le 17 avril, la Cour suprême de l’Arkansas a prononcé un sursis dans l’attente d’une décision de la Cour suprême fédérale dans une affaire passible de la peine de mort en Alabama, qui doit être plaidée le 24 avril. Le coeur de l’affaire en question est de déterminer si l’arrêt Ake c. Oklahoma, rendu par la Cour suprême en 1985, qui a établi qu’un accusé indigent avait droit à une réelle assistance de la part d’un expert lors de son procès, implique que ledit expert doit être indépendant de l’accusation. Bruce Ward comme Don Davis auraient été privés de l’assistance d’un expert psychiatre qui aurait pu leur permettre d’invoquer des circonstances atténuantes en première instance.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres pour le moment. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Ceci est la première mise à jour de l’AU 66/17. Pour plus d’informations : www.amnesty.org/fr/documents/amr51/5946/2017/fr/.
 
 
L’exécution de Don Davis, prévue pour le 17 avril dans l’Arkansas, n’a pas eu lieu. Quelques minutes avant minuit, heure à laquelle l’ordre d’exécuter Don Davis devait expirer, la Cour suprême fédérale a refusé de lever le sursis prononcé dans l’après-midi par la Cour suprême de l’Arkansas.

Don Davis est l’un des deux hommes dont l’exécution était prévue dans l’Arkansas le 17 avril et l’une des huit personnes qui devaient être exécutées au cours d’une période de 11 jours allant du 17 au 27 avril. À la suite de procédures engagées pour contester le recours à l’injection létale en Arkansas, un juge fédéral a émis le 15 avril une injonction provisoire, en vertu de laquelle l'État ne pouvait procéder à aucune des huit exécutions tant que ces procédures suivaient leur cours. Cependant, le 17 avril, la Cour fédérale d’appel du huitième circuit a infirmé cette injonction par un vote de sept voix contre une, et a donné une suite favorable à la requête introduite par le ministère public pour annuler les sursis prononcés.

Les avocats de Don Davis avaient introduit d’autres requêtes en appel sur des questions spécifiques à l’affaire. Ils ont fait valoir que leur client devait être autorisé à retourner devant le tribunal afin de présenter des éléments prouvant qu'il avait un handicap mental et que son exécution, en conséquence, serait contraire à l’arrêt Atkins c. Virginie, rendu par la Cour suprême fédérale en 2002, qui interdit d’exécuter des personnes présentant ce type de handicap. Cet argument n’avait pas été invoqué dans sa requête initiale en habeas corpus devant la justice fédérale, alors que l’arrêt Atkins avait déjà été rendu à l’époque. En vertu de la législation américaine, du fait de l'absence de cet argument dans la requête initiale, il existait des obstacles majeurs à sa prise en compte à ce stade. Le 17 avril, un collège de trois juges du huitième circuit a statué, par deux voix contre une, que Don Davis n'avait pas surmonté ces obstacles. Le juge minoritaire a estimé que Don Davis devait être autorisé à déposer une autre requête en ce sens, étant donné que les avocats avaient produit des éléments tendant à prouver que leur client présentait un handicap intellectuel tel que « défini dans l’arrêt Atkins et en Arkansas ».

Le 17 avril, les avocats ont saisi la Cour suprême de l’Arkansas pour solliciter un sursis dans l’attente d’une décision de la Cour suprême fédérale, appelée à se prononcer dans une affaire passible de la peine de mort en Alabama, qui doit être plaidée le 24 avril. Le coeur de l’affaire en question est de déterminer si l’arrêt Ake c. Oklahoma, rendu par la Cour suprême en 1985, qui a établi qu’un accusé indigent avait droit à une réelle assistance de la part d’un expert, implique que ledit expert doit être indépendant de l’accusation. En première instance, l’avocat de Don Davis avait demandé des fonds pour faire appel à un expert psychiatrique indépendant, conformément à l’arrêt Ake. Cependant, le juge avait refusé de faire droit à sa demande, et en 1992, lors de la phase du procès consacrée à la détermination de la peine, la défense avait dû s’appuyer sur le témoignage du psychiatre qui avait procédé à l’évaluation ordonnée par le tribunal en première instance. En 2005, un collège de trois juges de la cour d’appel fédérale du huitième circuit a confirmé la condamnation à mort de Don Davis par deux voix contre une. Le juge minoritaire a relevé que l'examen effectué par le psychiatre nommé par le tribunal était « loin de satisfaire aux exigences de l’arrêt Ake ».

Le 17 avril, la Cour suprême de l’Arkansas a accordé un sursis à Don Davis, par quatre voix contre trois. Le ministère public a fait appel auprès de la Cour suprême fédérale, qui a refusé d’intervenir. Don Davis avait déjà pris son « dernier » repas, et des témoins étaient accompagnés vers la salle d'exécution lorsque la Cour suprême fédérale a rendu sa décision.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres pour l'instant. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Ceci est la première mise à jour de l’AU 64/17. Pour plus d’informations : www.amnesty.org/fr/documents/amr51/5938/2017/fr/.
 
 
Picture
L'État de l'Arkansas, aux États-Unis, doit suspendre l'exécution de huit condamnés, sept d'entre eux devant être mis à mort en avril sur une période de 11 jours, a déclaré le 13 avril Amnistie internationale, soulignant ses préoccupations en matière juridique et le fait que deux de ces condamnés à mort sont atteints de graves handicaps mentaux.

L'Arkansas n'a procédé à aucune exécution depuis plus de dix ans, mais il a prévu de procéder à deux exécutions par jour les 17, 20 et 24 avril, et à une exécution le 27 avril, car le midazolam, substance utilisée de façon controversée pour les exécutions, dont il dispose sera périmé à la fin du mois d'avril.

« La programmation sur une si courte période de ces exécutions est un fait sans précédent dans l'histoire récente des États-Unis. Quatre mois seulement après que les États-Unis ont enregistré le nombre total d'exécutions le plus bas recensé en un quart de siècle, l'Arkansas se prépare à renverser cette tendance positive à cause de la date de péremption d'une substance chimique, a déclaré Erika Guevara Rosas, directrice du programme Amériques d'Amnistie internationale.

« Il n'est pas trop tard, l'Arkansas peut encore stopper ces exécutions. Ces exécutions programmées montrent à quel point il est décalé par rapport au reste du monde en ce qui concerne les homicides approuvés par l’État, qui sont en recul à l'échelle du monde : de plus en plus de gouvernements, et d'États américains, reconnaissent qu'il s'agit d'un anachronisme cruel. »

Recrudescence des exécutions

Don Davis et Bruce Ward doivent être mis à mort le 17 avril ; Ledelle Lee et Stacey Johnson, le 20 avril ; Marcel Williams et Jack Jones, le 24 avril ; et Kenneth Williams, le 27 avril. Un juge fédéral a bloqué l'exécution de Jason McGehee, initialement prévue pour le 27 avril, mais ce dernier risque toujours d'être mis à mort.

Amnistie internationale continue de demander au gouverneur Asa Hutchinson de commuer les huit peines de mort.

Dans certaines de ces affaires, du fait d'erreurs juridiques, les jurés n'ont pas disposé de toutes les informations qui leur auraient permis de savoir parfaitement qui étaient les personnes qu'on leur demandait de condamner à mort. Dans d'autres affaires, les condamnés ont été diagnostiqués comme étant atteints de graves handicaps mentaux, ce qui implique que leur exécution serait contraire au droit international.

Lors du procès de Jack Jones, par exemple, les jurés ne savaient pas qu'il avait été diagnostiqué comme étant atteint de troubles bipolaires peu avant le crime. Bruce Ward, qui a passé plus de 25 ans dans le couloir de la mort, a été diagnostiqué en 2006, 2010, 2011 et 2015 comme étant atteint de schizophrénie paranoïde. Les médecins ont décrit ses délires de persécution et ses délires mégalomaniaques, et dit qu'il ne comprend pas de façon rationnelle le châtiment qui lui a été infligé.

Le fait d'exécuter une personne qui ne comprend pas les raisons de son châtiment, ou qui n'a pas conscience de la réalité de ce châtiment, constitue une violation de la Constitution. Le fait d'exécuter des personnes atteintes d'un handicap mental est clairement interdit par le droit international.

Dans le cas de Marcel Williams, les jurés ont été tenus dans l'ignorance de son enfance marquée par une grande pauvreté, des privations et des abus. Le seul juge qui a tenu compte de ces circonstances atténuantes a conclu que l'accusé avait été très mal défendu par ses avocats.

« Pris dans leur ensemble, ces affaires illustrent bien les problèmes liés à la peine de mort : l'arbitraire, une défense inefficace, des manœuvres contestables de l'accusation et une discrimination économique et raciale sont autant de facteurs qui ont joué un rôle dans cette recrudescence des peines capitales, a déclaré Erika Guevara Rosas.

« Les débats portant sur le recours à l'injection létale ne doivent pas seulement viser à peaufiner la procédure de mise à mort. Il est erroné de penser qu'un homicide commis par un État de sang-froid et de façon préméditée puisse être "humain", et il est grand temps que les États-Unis s'alignent sur la tendance abolitionniste mondiale. »

Complément d’information

Le 27 février 2017, le gouverneur de l'Arkansas, Asa Hutchinson, a signé des ordonnances prévoyant huit exécutions en l'espace de 11 jours en avril 2017.

Le 6 avril, le Comité des grâces et des libérations conditionnelles de l’Arkansas a décidé que le gouverneur Asa Hutchinson devait commuer la peine de mort prononcée contre Jason McGehee, qui devait être exécuté le 27 avril. Le même jour, le juge d'un tribunal de district a délivré une ordonnance empêchant les autorités de procéder à cette exécution pendant les 30 jours faisant suite à la recommandation du Comité, comme le prévoit la législation de l'État, et le gouverneur s'est soumis à cette recommandation. On ignore si l'État va faire appel de la décision du juge.

Le rapport annuel d'Amnistie internationale sur la peine de mort, rendu public le 11 avril, indique que, pour la première fois depuis 2006, les États-Unis ne figurent pas parmi les cinq pays ayant exécuté le plus grand nombre de condamnés. L'an dernier, le nombre d'exécutions recensées sur le territoire des États-Unis a été le plus faible enregistré depuis un quart de siècle.

La dernière exécution recensée en Arkansas – la 27e depuis 1977 dans cet État – a eu lieu le 28 novembre 2005. Si l'Arkansas procède à ces huit exécutions en avril, en l'espace d'une semaine et demie il augmentera alors de 30 % le nombre total d'exécutions judiciaires enregistrées sur son territoire au cours des quarante dernières années. Cela reviendrait pour lui à tuer près d'un quart de ses prisonniers condamnés à mort, sur la base des chiffres actuels.

Les exécutions étaient suspendues en Arkansas en raison de recours portant sur l'injection létale. Lorsque les réserves actuelles de midazolam seront périmées, il sera extrêmement difficile de les remplacer en raison des préoccupations portant sur son rôle dans des exécutions « ratées » récemment.

Des informations ont été réunies sur un certain nombre de cas récents de condamnés ayant reçu du midazolam qui ont eu des convulsions, ont suffoqué et ont lutté pendant un long moment avant de mourir.

 
 
Le 7 avril, la cour d’appel pénale du Texas a décidé de suspendre l'exécution de Paul Storey, qui était prévue pour le 12 avril. L'affaire a été renvoyée devant une juridiction inférieure pour que soit examiné l'argument selon lequel l'accusation a présenté un faux élément à charge lors du procès.

Le 31 mars, les avocats de Paul Storey ont présenté un recours devant le tribunal de première instance du comté de Tarrant et devant la cour d'appel pénale du Texas. Dans ce recours, ils avançaient que lors du procès de Paul Storey, en 2008, portant sur le meurtre de Jonas Cherry commis en 2006, l'accusation avait présenté un élément à charge, qu'elle savait faux, écartant des circonstances atténuantes.

Lors de l’audience de détermination de la peine, le procureur a dit au jury : «Si toute la famille [de l’accusé] est venue ici hier vous supplier d’épargner sa vie, il va sans dire que toute la famille de Jonas [Cherry] et tous ceux qui l’aimaient pensent que la peine de mort est adaptée.» Le nouveau recours affirme que les parents de Jonas Cherry «étaient totalement opposés à la peine de mort pour monsieur Storey, et qu'ils ont exprimé leur ferme opposition aux procureurs plusieurs mois avant le début du procès». Dès lors, ce que le procureur a affirmé aux jurés «était à la fois faux et extrêmement préjudiciable» à l'accusé. Le recours indique en outre que l'avocat qui a défendu Paul Storey durant son procès «ne savait absolument pas que l'argument de l'accusation était faux». Il a signé une déclaration sous serment à ce sujet et dit que l'argument du procureur était «en fait faux», et «particulièrement grave et préjudiciable à monsieur Storey» car une grande partie des circonstances atténuantes «consistait en des appels lancés par sa famille afin qu'il soit épargné». L'avocat a indiqué que s'il avait su que cet élément était faux, il aurait «assurément objecté que cet argument était faux et qu'il induisait en erreur le jury».

Le 7 avril, la cour d’appel pénale du Texas a décidé de suspendre l'exécution. Elle a toutefois dit que les pièces du dossier ne permettaient pas d'établir si les avocats de Paul Storey auraient été en mesure de découvrir plus tôt cet élément. Elle a donc renvoyé l'affaire devant un tribunal de première instance pour qu'il établisse les faits et décide si cette information aurait pu être vérifiée. S'il décide qu'elle n'aurait pas pu être obtenue plus tôt «en exerçant une diligence raisonnable», le tribunal de première instance examinera alors la demande sur le fond.

Dans une lettre adressée aux autorités en février 2017, les parents de Jonas Cherry ont demandé la commutation de la peine capitale. Ils ont également enregistré une vidéo, dans laquelle ils expliquent : «Nous ne voulons absolument pas que Paul Storey soit exécuté pour le meurtre de notre fils et demandons que sa peine soit commuée en réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle.» La mère de Jonas Cherry a déclaré : «Cela nous fait de la peine de penser que, à cause de la mort de notre fils, une autre personne va être volontairement mise à mort», ce qui fera souffrir une autre famille. Elle a ajouté : «Une exécution ne nous apportera pas l’apaisement par rapport à la mort de Jonas, mais encore plus de douleur.»

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres pour le moment. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.
 
 
Ledell Lee, 51 ans, doit être exécuté dans l’Arkansas le 20 avril pour un meurtre commis en 1993. La qualité de son assistance juridique suscite de sérieux doutes.

Le 9 février 1993, Debra Reese, 26 ans, a été retrouvée sans vie à son domicile à Jacksonville, dans l’Arkansas. Elle avait été battue à mort. Ledell Lee, alors âgé de 27 ans, a été inculpé de son meurtre. Son premier procès, en 1994, s’est terminé par un jury divisé. Lors de son nouveau procès, en octobre 1995, il a été déclaré coupable et condamné à mort. Trois billets de 100 dollars manquaient dans le portefeuille de la victime, si bien que l’accusation a estimé que le crime avait une motivation pécuniaire.

Après avoir été inculpé de ce meurtre, Ledell Lee a été suspecté d’un autre homicide et de trois viols. On lui a attribué les deux mêmes avocats commis d’office pour toutes les affaires. Le juge chargé des affaires de viol a retiré celles-ci aux avocats au motif qu’il existait un conflit d’intérêts entre eux et l’accusé. Les avocats ont demandé à être également démis des affaires de meurtre, en citant un conflit intolérable et une rupture de la communication avec leur client. Le ministère public a reconnu que « Ledell Lee ne [pouvait] plus obtenir un procès équitable dans les deux affaires où il encour[ait] la peine capitale » si les avocats n’étaient pas remplacés. Le juge en charge du procès du meurtre de Debra Reese a rejeté leur requête. La cour suprême de l’Arkansas a confirmé ce rejet, malgré l’opinion divergente de deux juges qui ont exprimé leur « consternation » face à cette décision qu’ils considéraient comme « une très grave erreur » qui serait « préjudiciable à la confiance des avocats dans le système de jurisprudence de cet État ».

Après le procès, un autre avocat a été désigné pour la procédure en appel de Ledell Lee devant les juridictions d’État. Il a présenté un recours faisant valoir l’insuffisance de l’assistance juridique apportée par les avocats lors du procès. Ce recours a été rejeté. L’affaire a ensuite été portée devant la justice fédérale où, en 2003, un juge a statué que la transcription de l’audience devant la cour d’appel d’État montrait que l’avocat de Ledell Lee avait été « sous l’emprise de l’alcool au point de ne pas être disponible » pendant l’audience. Il a ordonné que l’affaire soit renvoyée devant le tribunal de première instance. Le ministère public a fait appel, mais en 2006, la cour suprême de l’Arkansas a renvoyé l’affaire pour une nouvelle audience au motif que l’avocat était ivre lors de la première audience en appel. Elle a noté que, contrairement à ce qu’affirmait l’accusation, « un avocat qui est sous l’emprise de l’alcool ne peut pas être déclaré comme qualifié ». Entre autres choses, l’avocat avait été à plusieurs reprises incapable de comprendre les questions du juge, ne connaissait pas bien ses propres témoins, avait oublié des règles de procédure essentielles, n’avait pas dit à des témoins de venir et avait « discouru de façon incohérente, en plaçant sans cesse des “blah, blah, blah” dans ses déclarations ». Assisté de nouveaux avocats commis d’office, Ledell Lee a bénéficié d’une nouvelle audience en appel en août 2007. Ses avocats avaient organisé une enquête d’experts sur les circonstances atténuantes pour faire valoir que l’assistance juridique lors du procès avait été défaillante, mais ils n’ont présenté aucun de ces éléments lors de l’audience. Le juge a rejeté le recours en novembre 2007. La procédure en appel devant la cour suprême de l’Arkansas a ensuite été retardée de cinq mois car ses avocats avaient fourni à deux reprises des dossiers non conformes au règlement de cette juridiction. La cour a envoyé les avocats devant la commission de déontologie en vue d’éventuelles mesures disciplinaires. Elle a toutefois confirmé la condamnation à mort en mai 2009. En 2016, l’un des deux avocats défendant Ledell Lee en appel a été démis de l’affaire car il souffrait de troubles bipolaires. Un autre a été désigné en août 2016. Ledell Lee fait partie de huit hommes dont l’exécution est programmée dans l’Arkansas entre le 17 et le 27 avril.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en anglais ou dans votre propre langue :
- appelez les autorités à faire preuve de clémence envers Ledell Lee et à commuer sa condamnation à mort ;
- dites-vous préoccupé-e par les graves défaillances de l’assistance juridique fournie à cet homme ;
- expliquez que vous ne cherchez aucunement à excuser le crime violent dont il est question dans cette affaire, ni à minimiser les souffrances qu’il a causées.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 20 AVRIL 2017 À :

Gouverneur de l’Arkansas

The Honorable Asa Hutchinson, Governor of the State of Arkansas
State Capitol, Suite 250, 500 Woodlane St, Little Rock, AR 72201, États-Unis
Télécopieur : +1 501 682 3597
Courriel : http://governor.arkansas.gov/contact-info/ (coordonnées aux États-Unis nécessaires)
Formule d’appel : Dear Governor, / Monsieur le Gouverneur,

*Pour ceux à l'extérieur des États-Unis désirant agir via le site Internet, veuillez utiliser l'adresse du bureau de New York d'AI États-Unis : 
5 Pennsylvania Plaza,
New York, NY 1000, États-Unis

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques des États-Unis dans votre pays.

Copies à :

Ambassadeur des États-Unis 
Ambassadeur Bruce A. Heyman
Ambassade des États-Unis
490, chemin Sussex 
Ottawa, Ontario
K1N 1G8, Canada
Télécopieur : 613-688-3082

Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.


COMPLÉMENT D’INFORMATION

Avant le procès de Ledell Lee, son avocat avait tenté de faire interdire l’utilisation des listes électorales pour désigner les jurés potentiels parmi lesquels son jury serait sélectionné, au motif que ce mode de sélection aboutissait systématiquement à une sous-représentation des Afro-Américains (il s’agissait d’une affaire où l’accusé était noir et la victime blanche). Sa demande a été refusée. Sur les 85 citoyens alors convoqués comme jurés potentiels, seuls 10 étaient noirs, soit 11 %, alors que les Afro-Américains représentaient plus de 25 % de la population du comté où s’est déroulé le procès. Le dossier du procès n’indique pas clairement la composition ethnique du jury final, mais il semblerait que les jurés aient été choisis parmi les 75 premiers citoyens convoqués, dont un seul était noir. Cette question a été évoquée et rejetée en appel, tout comme l’argument selon lequel l’application de la peine de mort est influencée par la couleur de peau. Toutes les études menées sur le sujet ont démontré que l’origine ethnique, en particulier celle des victimes, joue un rôle dans l’application de la peine de mort. En juin 2015, le juge Stephen Breyer de la Cour suprême des États-Unis a fait remarquer que, selon plusieurs études, les personnes accusées d’avoir tué des victimes blanches étaient plus susceptibles d’être condamnées à mort que celles accusées d’avoir ôté la vie à des victimes noires ou membres d’autres minorités. Aux États-Unis, il y a à peu près autant de Noirs que de Blancs parmi les victimes de meurtre (ce qui signifie que les personnes noires, qui ne représentent qu’environ 13 % de la population, sont touchées de manière disproportionnée). Pourtant, dans l’ensemble du pays, 78 % des personnes exécutées depuis 1977 ont été condamnées pour des crimes dont les victimes étaient blanches. En Arkansas, cette proportion s’élève à 89 %.

Le juge Breyer a par ailleurs souligné qu’un demi-siècle de recherches avait démontré que les critères de sélection des jurés dans les affaires où l’accusé encourt la peine capitale aux États-Unis « orientent les jurys vers un verdict de culpabilité et une condamnation à mort ». Lorsque les procureurs ont recours à des stratégies douteuses pour présenter les circonstances aggravantes ou que les avocats de la défense ne font pas les recherches nécessaires sur les circonstances atténuantes, ce problème est exacerbé. Après avoir été inculpé du meurtre de Debra Reese, Ledell Lee a été suspecté de plusieurs autres crimes commis dans la région de Jacksonville, à savoir le meurtre d’une autre femme en 1989 (pour lequel les poursuites ont été abandonnées en 1997 après sa condamnation à mort dans l’affaire Reese), et trois viols de femmes en 1990, 1991 et 1992. Lors de l’audience de son procès consacrée à la détermination de la peine, le ministère public a affirmé que Ledell Lee avait commis ces viols et il a fait témoigner les trois victimes. Ledell Lee avait été déclaré coupable dans l’affaire du viol commis en 1990 environ un mois avant son procès pour le meurtre de Debra Reese, mais il n’avait pas encore été jugé dans les deux autres affaires de viol. Après avoir présenté ces circonstances hautement aggravantes, y compris en évoquant les deux affaires non jugées, la procureure a décrit Ledell Lee dans son réquisitoire comme un « prédateur » dont les « proies étaient les habitants de Jacksonville de 1990 à 1993 », qui « ne savaient même pas qu’ils étaient la cible d’une chasse ». Après que l’avocat de la défense a demandé au jury : « Qui sommes-nous alors pour dire que nous allons tuer Ledell Lee ? », elle a répondu : « Mesdames et Messieurs, je vais vous dire qui nous sommes. Nous sommes les cibles de cette chasse. » En appel, un juge d’une juridiction de l’Arkansas a estimé que le réquisitoire de la procureure avait été « répréhensible », et la cour suprême de cet État a statué qu’il était à la fois « répréhensible » et « déplacé », mais elle a confirmé la condamnation à mort.

Le ministère public a en outre présenté comme témoin la soeur de la victime, qui a décrit l’impact de son meurtre sur leurs parents et indiqué qu’elle et sa soeur essayaient chacune de tomber enceintes au moment où cette dernière a été tuée. Enceinte au moment du procès, elle a déclaré au jury qu’elle donnerait le nom de sa soeur décédée au bébé qu’elle attendait. Elle lui a également parlé de l’expérience traumatisante qu’elle avait vécue en devant aller choisir une perruque pour le cadavre de sa soeur dans un magasin. En 2001, un juge de la cour suprême de l’Arkansas a dénoncé ce témoignage relatif aux conséquences sur la famille de la victime. Il a souligné : « Lorsqu’il est demandé au jury de prononcer la peine de mort dans une affaire où l’accusé encourt ce châtiment, sa seule mission au cours de l’audience consacrée à la détermination de la peine est d’évaluer les éléments présentés à titres de circonstances aggravantes et atténuantes [...]. Rien de plus, et rien de moins, ne doit entrer en ligne de compte... » Il a exprimé de « sérieux doutes quant à la place de ce témoignage relatif aux conséquences sur la famille de la victime présenté au jury dans les circonstances aggravantes et atténuantes invoquées par les deux parties ».

Six exécutions ont déjà eu lieu cette année aux États-Unis, ce qui porte à 1 448 le nombre de personnes auxquelles les
autorités de ce pays ont ôté la vie depuis la reprise de cette pratique en 1977, après l’approbation de la nouvelle législation relative à la peine capitale par la Cour suprême fédérale en 1976. La dernière exécution recensée en Arkansas – la 27e depuis 1977 dans cet État – a eu lieu en 2005. Amnistie internationale s’oppose catégoriquement à la peine de mort, en toutes circonstances et dans tous les pays.
 
 
Kenneth Williams, 38 ans, doit être exécuté dans l’Arkansas le 27 avril pour un meurtre commis au cours d’une évasion de prison en 1999. Âgé de 20 ans au moment des faits, il affirme ne plus être la même personne aujourd’hui et pouvoir contribuer à la société s’il lui est permis de vivre.

En septembre 1999, Kenneth Williams a été condamné à la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle pour un meurtre commis en 1998 à Pine Bluff, dans l’Arkansas. Les autorités l’ont incarcéré à la prison de Cummins Unit, dans des conditions de sécurité intermédiaires. Le 3 octobre 1999, il s’est évadé. Lors de son second procès, le surveillant a admis que deux agents pénitentiaires avaient failli à leur mission et que cela avait « permis au détenu Williams de s’échapper ». L’après-midi du jour de l’évasion, Cecil Boren a été abattu à son domicile non loin de la prison et son camion a été volé. Le véhicule a été repéré le lendemain dans le Missouri et pris en chasse par des policiers. Pendant cette course-poursuite, le conducteur d’un autre camion, Michael Greenwood, a été tué lorsque les deux camions sont entrés en collision. Les policiers ont arrêté Kenneth Williams après qu’il a pris la fuite à pied. Il a été jugé et reconnu coupable en juin 2000 de meurtre passible de la peine capitale pour l’homicide de Cecil Boren.

Au cours de l’audience consacrée à la détermination de la peine, la défense a présenté, notamment en faisant témoigner des experts en psychologie, des éléments relatifs à la jeunesse de l’accusé : son enfance marquée par une extrême pauvreté, son exposition à la violence chez lui et dans la rue, la toxicomanie de ses parents, la déficience de son éducation, ainsi que son trouble du déficit de l’attention et ses difficultés d’apprentissage. Sur le formulaire de verdict, les jurés n’ont pas indiqué avoir trouvé des circonstances atténuantes. Le juge leur a demandé de noter au moins un élément atténuant. Ils en ont finalement écrit un seul : « Kenneth D. Williams a connu des dysfonctionnements familiaux perpétués de génération en génération. » En 2007, la cour suprême de l’Arkansas a rejeté l’argument selon lequel le jury n’avait pas suffisamment pris en considération les circonstances atténuantes présentées.

Parmi les témoins de l’accusation figurait une soeur de la victime, qui a déploré que, contrairement aux jurés, elle et sa famille ne puissent « rien faire » à la situation, en demandant au jury : « Que feriez-vous si c’était votre frère ou votre soeur ou votre bébé qu’on vous avait enlevé ? Je ne peux rien faire, mais vous pouvez faire quelque chose. » L’avocat de la défense a élevé une objection, en avançant que ce témoignage relatif aux conséquences sur la famille de la victime était inadapté. Le juge a répondu qu’il était « très proche » d’être inadapté mais l’a autorisé. En 2010, une cour fédérale d’appel a statué que « dans la mesure où elle suggérait que le jury se prononce par l’affirmative et impose une condamnation à mort », le témoignage de la soeur était contraire à la Constitution. Cependant, cette juridiction a estimé que l’issue du procès n’en avait pas été changée et elle a confirmé la peine de mort.

Kenneth Williams a déposé un recours en grâce. Dans son dossier de recours, il affirme qu’il n’est « plus la personne [qu’il était] à l’époque », qu’il éprouve des remords pour sa conduite passée et que son évolution montre que « même les pires des personnes peuvent s’améliorer ». Il exprime l’espoir que « les jeunes qui lisent [ses] écrits » soient « dissuadés de prendre le même chemin que [lui] dans [sa] jeunesse ».

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, et que vous rédigerez (en anglais ou dans votre propre langue) en utilisant vos propres mots :
- appelez les autorités à faire preuve de clémence envers Kenneth Williams et à commuer sa condamnation à mort ;
- expliquez que vous ne cherchez aucunement à excuser le crime violent dont il est question dans cette affaire, ni à minimiser les souffrances qu’il a causées ;
- faites remarquer que la peine de mort nie la possibilité de réinsertion et d’évolution positive des personnes et qu’elle ne fait absolument pas avancer notre compréhension des origines de la violence humaine et des réponses à celle-ci.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 27 AVRIL 2017 À :

Gouverneur de l’Arkansas
The Honorable Asa Hutchinson, Governor of the State of Arkansas
State Capitol, Suite 250, 500 Woodlane St, Little Rock, AR 72201, États-Unis
Télécopieur : +1 501 682 3597
Courriel : http://governor.arkansas.gov/contact-info/ (coordonnées aux États-Unis nécessaires) ; ou info@governor.arkansas.gov (en demandant que le message soit transmis au gouverneur)
Formule d’appel : Dear Governor, / Monsieur le Gouverneur,

*Pour ceux à l'extérieur des États-Unis désirant agir via le site Internet, veuillez utiliser l'adresse du bureau de New York d'AI États-Unis : 
5 Pennsylvania Plaza,
New York, NY 1000, États-Unis

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques des États-Unis dans votre pays.

Copies à :

Ambassadeur des États-Unis 
Ambassadeur Bruce A. Heyman
Ambassade des États-Unis
490, chemin Sussex 
Ottawa, Ontario
K1N 1G8, Canada
Télécopieur : 613-688-3082


COMPLÉMENT D’INFORMATION

Dans le couloir de la mort, Kenneth Williams est devenu croyant et s’est mis à étudier activement la Bible, ainsi qu’à écrire. Dans un article rédigé en 2015, il se remémore avoir dû porter en 1998 le cercueil d’un ami âgé de 13 ans, Matthew, qui s’était « tué accidentellement d’une balle dans la tête en jouant avec un pistolet chargé qu’il n’aurait jamais dû avoir ». Il raconte ensuite : « Nous avons grandi dans le même quartier envahi par les gangs ; nous vivions tous deux comme des hors-la-loi, qui courions les rues de Pine Bluff, dans l’Arkansas, en marchant dangereusement sur le fil du rasoir. Il y avait une différence d’âge entre nous : lorsqu’il avait 13 ans, j’en avais 19. Il était mon élève, influencé comme je l’avais été par d’autres membres de gang plus âgés [...]. Sa vie était une répétition de la mienne. Regarder dans sa vie était comme regarder dans un miroir. J’avais 10 ans la première fois que j’ai été envoyé en maison de redressement. Après ma libération, je n’ai cessé de récidiver. Je me suis enfui de presque toutes les familles d’accueil où mon assistante sociale m’a placé. À 16 ans, j’ai été condamné à de la prison pour évasion du “Programme pour délinquants sérieux de l’Arkansas” et pour voie de fait […]. Après avoir purgé deux ans et deux mois, j’ai été relâché le 2 avril 1998 […]. J’aurais pu en faire bien plus pour dissuader [Matthew] de prendre des décisions inconsidérées. Si je l’avais fait, peut-être que son destin aurait pu être différent. Cela me fait de la peine de le dire, mais moi et d’autres personnes avons été de piètres modèles [...]. Si seulement c’était un cas isolé, peut-être que ce serait plus supportable ; malheureusement, ça ne l’est pas. Dans le monde entier, des personnes sont confrontées à la perte prématurée d’un être cher. Et, tout comme moi, elles se retrouvent face à ces questions : “Aurais-je pu en faire plus ?” ; “Pourquoi n’en ai-je pas fait plus ?” [...] À cause de mon inaction, j’ai dû regarder le visage raide et froid de Matthew à son enterrement [...]. Mon jeune élève, que j’ai aveuglément détourné du droit chemin, est mort. Quant à moi, je suis dans le couloir de la mort, l’endroit où l’on peut s’approcher le plus d’être dans une tombe sans y être vraiment [...]. Nous avons tous commis des erreurs, chacun à notre façon, et on ne peut pas s’y tromper en voyant nos classes d’école, nos prisons, nos centres de désintoxication et, oui... ce qui est le plus regrettable, nos cimetières aussi. »

Le niveau des mesures de sécurité employées lors du procès de Kenneth Williams pourrait avoir porté atteinte à son droit à la présomption d’innocence, étant donné que le jury pourrait les avoir vues comme un indicateur de sa dangerosité et une raison de voter en faveur d’une condamnation à mort. Il portait un uniforme de prisonnier, des menottes, des chaînes et une ceinture électrifiée incapacitante, et des gardiens en uniforme l’encadraient en permanence. La législation des États-Unis autorise les entraves pendant les audiences consacrées à l’établissement de la culpabilité ou de l’innocence et à la détermination de la peine dans certains cas exceptionnels, mais la Cour suprême fédérale reconnaît que « contrairement aux entraves physiques, le fait d’obliger un accusé à porter un uniforme de prisonnier ne sert aucun objectif public essentiel » et « risque d’affaiblir la présomption d’innocence si fondamentale dans la procédure accusatoire ». En 2002, la cour suprême de l’Arkansas a statué que, étant donné que le jury était de toute façon informé que le crime avait été commis alors que l’accusé était prisonnier, lui faire porter un uniforme n’avait pas de conséquences. Cette juridiction a souligné que les jurés avaient certainement vu ses menottes et ses chaînes, mais que « les entraves n’étaient pas en elles-mêmes préjudiciables et l’accusé devait apporter la preuve d’un préjudice », ce qu’il n’avait pas fait selon elle. Elle a présenté les mêmes conclusions quant à la présence de gardiens en uniforme. Amnistie internationale considère que l’utilisation des ceintures neutralisantes viole l’interdiction de la torture et des autres traitements cruels, inhumains ou dégradants (voir https://www.amnesty.org/fr/documents/amr51/054/1999/fr/). Le Comité des Nations unies contre la torture a appelé à leur interdiction.

Comme de nombreux autres États, l’Arkansas rencontre des difficultés pour se procurer les produits chimiques nécessaires aux exécutions par injection létale et pour appliquer des protocoles respectant, selon les juges, les critères de conformité à la Constitution. En juin 2016, la cour suprême de l’Arkansas a validé la méthode d’exécution par injection de trois substances utilisée par les autorités pénitentiaires. À la suite du refus de la Cour suprême fédérale d’intervenir en février 2017, le gouverneur Hutchinson a fixé des dates d’exécution pour huit prisonniers : Don Davis et Bruce Ward doivent être exécutés le 17 avril ; Ledelle Lee et Stacey Johnson, le 20 avril ; Marcel Williams et Jack Jones, le 24 avril ; et Jason McGehee et Kenneth Williams, le 27 avril (voir https://www.amnesty.org/fr/documents/amr51/5816/2017/fr/).

Six exécutions ont déjà eu lieu cette année aux États-Unis, ce qui porte à 1 448 le nombre de personnes auxquelles les autorités de ce pays ont ôté la vie depuis la reprise de cette pratique en 1977, après l’approbation de la nouvelle législation relative à la peine capitale par la Cour suprême fédérale en 1976. La dernière exécution recensée en Arkansas – la 27e depuis 1977 dans cet État – a eu lieu en 2005. Amnistie internationale s’oppose catégoriquement à la peine de mort, en toutes circonstances et dans tous les pays.