Picture
La Nigériane Tosin Francis est une ardente militante des droits humains. Elle nous explique pourquoi elle soutient Moses Akatugba. Moses était encore adolescent quand il a été arrêté et torturé. Il a été condamné à mort il y a un an.

Moses Akatugba avait 16 ans lors de son arrestation. Il a expliqué à Amnesty qu’il avait été suspendu et frappé pendant plusieurs heures. On lui a tiré une balle dans la main et on lui a arraché les ongles. On l’a alors forcé à signer une déclaration déjà rédigée dans laquelle il « avouait » un vol à main armée. Il a été condamné à mort en 2013, alors qu’il était mineur au moment où il a été arrêté.

« L’affaire de Moses, c’est très important pour moi. Son histoire pourrait être la mienne. Il est nigérian, comme moi. Il a du sang qui lui coule dans les veines, comme moi, et il a un cœur qui bat, exactement comme moi. 

J’imagine son angoisse lorsqu’il se réveille tous les matins et qu’il pense à sa sentence capitale, à cette épée de Damoclès. Je pense à ses proches, qui ne savent pas ce qu’il va advenir de leur enfant. 

Quand j’ai découvert son cas, j’ai commencé à me documenter sur la torture, pour comprendre ce que c’est vraiment et quelles sont ses conséquences sur la vie des victimes. J’ai lu des livres et j’ai vu des films. J’ai découvert que j’étais capable d’en parler aux autres sans crainte et avec compassion. Et tous les gens à qui j’en ai parlé ont eu de très bonnes réactions. En soutenant Moses, j’ai la joie de plaider pour l’espoir, la justice et l’équité. 

Nous, les militants des droits humains au Nigeria, nous devons affronter des difficultés dans notre travail : agressions, harcèlement, diffamation. Mais beaucoup de gens se mobilisent pour défendre leurs droits. Il y a une prise de conscience croissante, et nous sommes pleins d’espoir. Le gouverneur de l’État du Delta a réagi récemment aux pressions exercées par les sympathisants d’Amnistie et a indiqué qu’il étudiait l’affaire. Nous progressons.

Quelles que soient ses croyances, sa couleur, sa tribu, sa race ou sa sexualité, chaque personne a le droit de voir ses droits défendus. Personne ne mérite d’être puni injustement. 

À Moses, je veux dire : nous tous ressentons ta douleur, et nous la partageons. Nous sommes avec toi à chaque instant – dans ce moment sombre, ne craque pas, ne renonce pas. Tu es au cœur de nos pensées, au cœur de nos prières. Il y a une lumière au bout du tunnel, nous la voyons tous, et c’est la seule chose que tu dois voir. Nous avons bon espoir d’un dénouement heureux, et nous avons hâte de te retrouver bientôt. 

Avec toute l’affection de la famille amnestienne du monde entier. »

 


Comments




Leave a Reply